Search
Enter Keywords:
Accueil arrow Chroniques arrow Coups de chœur ! arrow La 3e symphonie de Szymanowski
La 3e symphonie de Szymanowski Suggérer par mail
La 3e symphonie "Chant de la nuit" op. 27 de Karol Szymanowski (1882-1937)

ImageCompositeur polonais né en Ukraine le 6 octobre 1882 et mort à Lausanne le 29 mars 1937, Karol Szymanowski n'est pas très populaire en France. Né dans une famille aisée et sensible aux arts, il étudie le piano dès l'âge de 7 ans, d'abord avec son père puis avec son oncle, le célèbre Gustav Neuhaus. Arrivé à Varsovie en 1901, il se lie d'amitié avec Arthur Rubinstein et s'intéresse dans un premier temps surtout à la musique allemande et bientôt à Debussy et Stravinsky. Il participe à la fondation d'une maison d'édition nommée "Jeune Pologne" qui publie ses premiers opus, notamment les neufs préludes pour piano (op. 1). Après l'échec de sa première symphonie en 1909, son premier succès est la deuxième symphonie créée en 1911 et d'emblée saluée jusqu'à Vienne comme une œuvre originale. Passionné de culture orientale et arabe, il voyage en Sicile puis en Afrique du Nord et y trouve une certaine inspiration en termes de couleurs, de mélodies et de gammes.
La troisième symphonie avec ténor soliste et chœur mixte composée entre 1914 et 1916 est une de ces œuvres inspirées de l'Orient. Créée à Varsovie en 1921, elle utilise la traduction en polonais d'extraits du deuxième Divan du poète soufi perse Jalal ad-Din ar-Rumi, remis au goût de l'époque six siècles plus tard par Goethe et plus près de nous par les fondateurs du Divan Orchestra. Disposée en trois mouvements enchaînés, la symphonie utilise un très grand orchestre avec notamment six cors, quatre trompettes et trombones, une clarinette basse, un célesta, un orgue, un piano et deux harpes ! Le début est dédié aux premiers violons dans l'aïgu sur une pédale tonique marquée par la timbale avant que le ténor, rapidement suivi du chœur, ne fasse son entrée sur une douce incitation au rêve. Un premier paroxysme flamboyant construit très progressivement débouche sur une rupture brutale laissant, après les alti du chœur, la place à l'orchestre seul. Le chœur en bouches fermées module ensuite avant de céder de nouveau la place au ténor. Le long crescendo final, qui n'a rien à envier à Mahler, laisse enfin la place à un épilogue extatique rempli d'arabesques debussystes rappelant le début de l'œuvre.
Simon Rattle s'intéresse depuis toujours à Szymanowski et a beaucoup enregistré ces œuvres lorsqu'il était à Birmingham. Ces enregistrements réunis dans un coffret EMI sont maintenant disponibles à un tarif très intéressant.
L'interprétation de la troisième symphonie est engagée, nuancée et superbement construite. Comme toujours avec Simon Rattle, les tutti orchestraux sont très impressionnants et conduits avec un sens de la ligne stupéfiant. Le chœur, préparé par Simon Hasley, l'ami fidèle et talentueux qui sera plus tard du voyage vers Berlin, est excellent.
Les autres œuvres avec orchestre de Szymanowski ayant atteint une relative notoriété sont le Stabat Mater (1925/6), "Le Roi Roger" (opéra crée en juin 1926 quelques mois après le Wozzeck de Berg…) et la quatrième symphonie, véritable symphonie concertante avec piano créée en 1932 par Szymanowski lui-même et à l'époque beaucoup jouée à Paris par Arthur Rubinstein et maintenant parfois par Piotr Anderszewski.
La troisième symphonie n'a pas été entendue à Paris depuis avril 2001 et l'Orchestre National de France et le Chœur de Radio France étaient alors dirigés par Djansug Kakhidzé. Faute de Simon Rattle, trop rare en France, on peut imaginer qu'un certain Pierre Boulez dirige un jour à Paris cette belle musique et ce d'autant qu'il le fera le 19 mars 2010 à Vienne.
Il est vrai que cette musique impressionniste à thèmes cosmiques n'est loin ni du tant admiré Debussy, ni des "Gurrelieder" de Schönberg ou de la "Symphonie des Mille" de Mahler. Après la création à Paris en 1936 du ballet "Harnasie" (Les brigands), Roland Manuel avait qualifié cette musique de Szymanowski de "Sucre du printemps". Il est temps de faire entendre que ce "bon" mot a bien mal vieilli…

Elzbieta Szmykta, Florence Quivar, Jon Garrison, John Connell, CBSO chorus (Simon Hasley, chef de chœur), City of Birmingham Symphony Orchestra, Simon Rattle, direction: Karol Szymanowski, Symphonie n°3 "Chant de la nuit", Stabat Mater, Litanies à la Vierge Marie, Symphonie n° 4 (Leif Ove Andsnes), Le Roi Roger (avec Thomas Hampson), Concertos pour violon n°1 et 2 (Thomas Zehetmair). Coffret 4CD EMI Classics (18 euros sur Amazon).



Gilles Lesur

  Soyez le premier à commenter cet article

Commenter
  • Les messages comportant des attaques verbales contre les personnes seront supprimés.
  • Vous pouvez renouveler le code de sécurité en appliquant un rafraîchissement à votre navigateur.
  • Appliquer cette méthode de rafraîchissement si vous avez entré un mauvais code de sécurité.
Nom:
E-mail
Site web
Titre:
BBCode:Web AddressEmail AddressBold TextItalic TextUnderlined TextQuoteCodeOpen ListList ItemClose List
Commentaire:

Code:* Code

Powered by AkoComment Tweaked Special Edition


< Précédent   Suivant >

Menu
Accueil
...................................
Actualités
...................................
Annonces
...................................
Chroniques
...................................
Grands chœurs
...................................
Liens
...................................
Fil RSS
Arthur Oldham
Préambule
...................................
"Vivre avec les voix"
...................................
Le chef de chœur
...................................
Le compositeur
...................................
Florilège vocal
Préambule
...................................
Actualités
...................................
Les lauréats
Espace associatif
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Qui est en ligne ?
Il y a actuellement 8 invités en ligne
Copyright 2000 - 2004 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.