Search
Enter Keywords:
Accueil arrow Chroniques arrow Disques arrow Florent Schmitt
Florent Schmitt Suggérer par mail

En passant par la Lorraine... et la Finlande


ImageSans doute ne le savez-vous pas mais le compositeur français Florent Schmitt est mort il y a 50 ans cette année. Remarquez, on ne peut pas dire qu'on ait été inondé de concerts, de colloques ou autre commémoration. Sauf erreur de ma part, rien de significatif n'a été fait ou ne semble prévu. On se souvient qu'en 2007, Esa Pekka Salonen avait emmené en tournée européenne l'Orchestre de Los Angeles  pour jouer l'intégrale des symphonies de Sibelius, mort cinquante ans plus tôt. Beaucoup s'étaient félicités de cette initiative permettant d'entendre des œuvres majeures rarement entendues hors de Finlande et personne n'y a vu du nationalisme musical. Mais en France presque rien pour Florent Schmitt sauf un éditorial enthousiaste de Michel Fleury dans Classica en avril dernier et surtout ce magnifique disque qui vient d'être publié. Ce disque nous vient de l'Orchestre National de Lorraine, dirigé depuis 2002 par Jacques Mercier, un directeur musical français à l'évidence curieux et passionné de… Sibelius. Rappelons que Jacques Mercier a dirigé la création française de ce chef d'œuvre absolu de Sibelius qu'est "Kullervo" pour solistes, chœur d'hommes et orchestre en 1990. Oui, vous avez bien lu en 1990 !
Né en Lorraine en 1870, Florent Schmitt a étudié à Nancy, puis à Paris avec notamment Massenet et Fauré. Personnalité forte, indépendante et à la longévité impressionnante puisque décédé le 17 août 1958, Schmitt a abordé tous les genres sauf l'opéra. Premier prix de Rome en 1900 pour une cantate nommée "Sémiramis", il devient célèbre en 1906 avec son Psaume XLVII salué à l'époque comme l'évènement musical le plus important depuis Pelléas et que Messiaen revendiqua comme ayant influencé ses "Petites Liturgies". Il fonda en 1909 avec Ravel, Fauré, Vuillermoz, Aubert et Koechlin la "Société Musicale Indépendante" et défendit à l'occasion Schönberg, Villa-Lobos ou Prokofiev. Fasciné par l'Orient et par ses femmes aux personnalités complexes et aux destins fantasques, il compose "La Tragédie de Salomé"* dédiée à rien moins que Stravinsky qui adorait cette pièce, également honorée par Diaghilev (1911), puis Salammbô (1925) et Orianne (1933). Il fut de 1921 à 1924 directeur du conservatoire de Lyon et pendant presque 10 ans chroniqueur au journal Le Temps. Grand voyageur et amoureux de l'Allemagne, il lui fut reproché de s'être rendu à Vienne en décembre 1941 dans le cadre d'un hommage à Mozart. Charles Munch créa quelques semaines avant sa mort à Boston sa deuxième symphonie. Ce disque récent comprend Antoine et Cléopâtre, une pièce de 1920 de toute beauté et "Mirages", mélange étonnant d'une "Tristesse de Pan" en hommage à Debussy et d'un Mazeppa à la française tout aussi diabolique que ceux de Liszt et Tchaikowsky. L'interprétation est splendide, le son de l'Orchestre National de Lorraine subtil et somptueux à la fois et l'enregistrement, réalisé à l'Arsenal de Metz, rend pleinement justice au travail de précision des musiciens et de leur chef. Antoine et Cléopâtre avec ses  épisodes aux climats différents est à l'évidence une pièce majeure qui sonne bien française rappelant par moments Debussy, mais qui possède également une flamme et une rythmique très présentes qui la rapproche naturellement de Roussel mais également de manière plus surprenante de Chostakovitch. Malgré ces références, cette extraordinaire musique à une vie propre et une originalité évidente. De mon point de vue, cette musique est du niveau de Daphnis ou de La Mer... c’est-à-dire au ciel !!! Décidément encore une occasion ratée pour les orchestres parisiens qui préfèrent jouer régulièrement les symphonies de Brahms, Beethoven et Mahler plutôt que de s'intéresser à toute cette très belle musique française qui attend enfin son heure de gloire.
Un grand merci et un coup de chapeau à Jacques Mercier et à ses musiciens.

Florent Schmitt: Antoine et Cléopâtre, suites de la musique de scène pour le drame de Shakespeare, op. 69 (1919/1920). Première suite: I. Antoine et Cléopâtre; II. Le camp de Pompée; III. La bataille d'Actium. Deuxième suite: I. Nuit au palais de la reine; II. Orgies et danses; III. Le tombeau de Cléopâtre. Mirages, op. 70 (Tristesse de Pan, La tragique chevauchée). Orchestre National de Lorraine. Jacques Mercier, direction.
Référence : 1C1133 - 3377891311339 - 1 CD Digipack : 58:13 - DDD - Enregistré en octobre 2007 à l'Arsenal de Metz.

PS : Si cette chronique vous donne envie de découvrir "Kullervo" de Sibelius - et en attendant une version de concert par l'Orchestre de Paris dans les années à venir (?) - les enregistrements de Paavo Järvi à Stockholm avec Peter Mattei (Virgin) ou celui de Sir Colin Davis, grand défenseur de Sibelius, avec également Peter Mattei et le London Symphony Orchestra and Chorus (LSO Live) sont magnifiques...

Bon été et à vos mp3...

* Marek Janowski a enregistré La Tragédie de Salomé et le Psaume 47 chez Erato en 1990 avec le Philharmonique de Radio France et le chœur de Radio France (disponible chez Apex).

Gilles Lesur

Pour écouter des extraits et acheter l'enregistrement:
Le site de Timpani Records
Le site d'Abeille Musique




  Commentaires
Concert Florent Schmitt
Ecrit par Cédric Andriot, le 2008-10-16 15:53:02
Les amis de l’orgue de Blâmont commémoreront les 18 et 19 octobre 2008 le 50e anniversaire de la mort de Florent Schmitt, natif de Blâmont en Meurthe-et-Moselle, entre Nancy à Strasbourg). 
Au programme : 
- une conférence "Florent Schmitt, sa vie, son œuvre", le samedi après-midi à l'hôtel de ville de Blâmont; 
- un concert exceptionnel Florent Schmitt avec l’ensemble du Gradus ad Musicam, le dimanche à 15h30 en l'église de Blâmont ; 
- une exposition à l'hostellerie du château. 
Cédric Andriot
Ecrit par Patrik Félix, le 2008-08-05 14:29:38
Je suis particulièrement heureux de trouver sur le site des Amis d'Arthur un article sur Florent Schmitt dont l'audition aux invalides en 1965 du Psaume XLVII a été à l'origine de mon orientation vers la musique classique, domaine dans lequel je ne connaissais, jusque-là, que quelques œuvres de piano et quelques tubes symphoniques du style "Une Nuit sur le Mont Chauve", "La symphonie du Nouveau Monde" ou "La petite musique de nuit". Cette audition m'avait tant passionné que l'on m'a offert l'enregistrement sous la direction de Georges Tzipine qui avait été réédité pour l'occasion (il a été le seul disponible pendant plusieurs années). Mes parents, qui se demandaient ce qu'ils allaient bien faire de moi à cette époque, s'en sont souvenus lorsqu'ils ont appris que je devrai redoubler ma première et ont trouvé le lycée de Sèvres qui préparait à un brevet de technicien de la musique. D'élève médiocre et peu motivé, j'ai fait partie des bons éléments notamment dans les disciplines musicales. J'ai découvert là tous les grands chef-d'oeuvres de l'histoire de la musique, des passions de Bach au "Sacre du Printemps" ou à "L'Enfant et les Sortilèges" (qui était au programme de mon examen de fin d'études). J'ai ensuite trouvé un emploi au "Chant du monde" et, en 1976, commençait la grande aventure du Chœur de l'Orchestre de Paris. Je n'ai pas pour autant oublié Florent Schmitt et dès que j'ai eu des contacts plus familiers avec Arthur Oldham (Chœur de l'Orchestre de Paris, ndlr), je lui ai parlé du Psaume 47 qu'il ne connaissait pas et lui ai confié mes deux enregistrements (celui de Tzipine et celui de Martinon couplé avec la "Tragédie de Salomé" qui fait appel, comme dans les "Sirènes" de Debussy, à des vocalises de chœur féminin) qui sont peut-être encore dans son ancienne discothèque. Il les avait écoutés et avait trouvé cela très excitant. Mais jamais l'occasion ne nous a été donnée de chanter cette pièce aux dimensions berlioziennes. Plus récemment (car je suis tenace), j'ai évoqué cette œuvre avec Didier Bouture (un des deux actuels chefs du Chœur de l'Orchestre de Paris, ndlr) qui m'a confié qu'il aimerait bien pouvoir la faire dans les prochaines années. Le tout est de convaincre les autorités et de trouver le chef motivé par ce projet. L'espoir n'est donc pas perdu. Entre temps, j'ai chanté quelques chœurs a cappella du compositeur comme "La passerelle de Passy" ou "La mort du rossignol" avec la chorale du lycée de Sèvres et ai découvert d'autres œuvres de Schmitt comme la 2e symphonie, le quintette, le quatuor pour saxophones, "Les Dionysiaques", "Cipus feralis", etc... et surtout je me souviens de la soirée inoubliable passée à l'Opéra Garnier lors de la projection du film "Salammbo" de Pierre Marodon avec, en "live", la musique de Florent Schmitt par l'Orchestre National d'Ile-de-France, dirigé par Jacques Mercier (tiens, tiens... !). J'ai par ailleurs pu rencontrer le petit-fils du compositeur venu, à l'invitation des élèves du lycée de Sèvres, parler de son illustre aïeul. Je possède chez moi le catalogue complet de ses œuvres édité par Durand et répertorié par Yves Hucher. Si vous avez besoin de renseignements, n'hésitez pas. Pardon d'avoir été un peu long. 
Patrick Félix

Commenter
  • Les messages comportant des attaques verbales contre les personnes seront supprimés.
  • Vous pouvez renouveler le code de sécurité en appliquant un rafraîchissement à votre navigateur.
  • Appliquer cette méthode de rafraîchissement si vous avez entré un mauvais code de sécurité.
Nom:
E-mail
Site web
Titre:
BBCode:Web AddressEmail AddressBold TextItalic TextUnderlined TextQuoteCodeOpen ListList ItemClose List
Commentaire:

Code:* Code

Powered by AkoComment Tweaked Special Edition


< Précédent   Suivant >

Menu
Accueil
...................................
Actualités
...................................
Annonces
...................................
Chroniques
...................................
Grands chœurs
...................................
Liens
...................................
Fil RSS
Arthur Oldham
Préambule
...................................
"Vivre avec les voix"
...................................
Le chef de chœur
...................................
Le compositeur
...................................
Florilège vocal
Préambule
...................................
Actualités
...................................
Les lauréats
Espace associatif
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Qui est en ligne ?
Il y a actuellement 19 invités en ligne
Copyright 2000 - 2004 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.