Search
Enter Keywords:
Accueil arrow "Vivre avec les voix" arrow 1956-1971: Le Chœur de la Cathédrale d’Edimbourg
1956-1971: Le Chœur de la Cathédrale d’Edimbourg Suggérer par mail


Arthur débute une carrière de maître de chapelle du « Edinburgh Cathedral Choir » à la cathédrale romaine catholique St Mary d’Edimbourg. Cette prise de fonction s’effectue dans une ambiance hostile. Le contrat de son prédécesseur n’ayant pas été renouvelé, Arthur reçoit un chœur écossais de 24 hommes et garçons, dont certains démissionnent par fidélité à leur ancien chef, les autres étant opposés à ce nouveau chef qui leur est imposé et qui, de surcroît, a le tort d’être anglais. Arthur constitue néanmoins un chœur de 40 personnes et inclut au répertoire de la musique polyphonique écossaise ancienne dont certaines pièces n’ont jamais été exécutées à l’époque moderne.

Image

Cathédrale Catholique Romaine Saint-Mary d'Edimbourg
Avec l'autorisation de Saint-Mary Cathedral

Parmi ces œuvres, figurent le motet « O Bone Jesu » de Robert Carver, des œuvres de Palestrina, de Victoria, les trois messes de Byrd, etc., avec du plain-chant, interprétées a cappella. Elles sont progressivement données au cours des grandes messes du dimanche. La réputation du chœur commence à s’étendre et les étudiants en musique de l’université sont envoyés pour écouter le grand répertoire polyphonique dans son contexte liturgique, ceci se passant avant la nouvelle mode du baroque.


Image

Le Chœur de la Cathédrale Catholique Romaine d’Edimbourg
dirigé par Arthur Oldham

Avec l’autorisation des anciens élèves de la Scotus Academy 

Le chœur de garçons de la Cathédrale, sous la conduite d’Arthur, participe à des festivals à l’étranger, en Allemagne à Cologne, en 1961, puis en Italie, à Loreto près d’Ancône, en avril 1964. Les petits chanteurs revêtus de l’aube ou porteurs du kilt traditionnel selon les circonstances, se produisent aux côtés du Chœur de Garçons de Vienne, auquel ils volent la vedette en interprétant avec brio, des œuvres de Benjamin Britten.

Image

Le départ en tournée des choristes de la Cathédrale Saint-Mary.
Au dernier rang, Arthur Oldham, avec barbe noire et lunettes.

Avec l’autorisation des anciens élèves de la Scotus Academy 

Au début de cette période, et pour améliorer ses maigres revenus, Arthur accepte l’invitation d’une communauté de moines cisterciens, à venir régulièrement les aider à améliorer leur pratique du plain-chant. Ainsi chaque mercredi, il se rend à l’Abbaye Sancta Maria, où une cellule lui est réservée. Ce monastère, construit en grès rouge, est situé près du tout petit village de Nunraw, caché dans les collines de Lammermuir.

Image Image
Nunraw Sancta Maria Abbey (Guest House) Nunraw Sancta Maria Abbey (Monks' House)

L’enseignement d’Arthur porte ses fruits à tel point qu’un enregistrement de bonne qualité sera fait du solennel « Salve Regina » que les moines chantent chaque soir avant le coucher. De nombreuses copies de cet enregistrement seront par la suite vendues dans la boutique de souvenirs du monastère. Jusqu’à la fin de sa vie, Arthur retournera régulièrement à l’Abbaye, comme nous l’a confirmé le Père Abbé de Sancta Regina Abbey.

Au fil des années passées à St Mary, Arthur enrichit le répertoire d’un grand nombre d’œuvres, comme la Messe en l’honneur de St Thomas More, de nombreux motets et de pièces pour cérémonies. Il écrit une cantate « Laudes Creaturarum » (le grand poème de St François d’Assise).

C’est à cette époque que se situe une rencontre capitale pour Arthur. Lors de chaque Festival d’Edimbourg, le Chœur de la Cathédrale s’efforce de présenter des œuvres originales et de qualité, telle que la « Missa Brevis » de Britten. A l’issue d’une de ces messes du dimanche à laquelle il vient d’assister, Carlo Maria Giulini vient complimenter Arthur Oldham pour l’interprétation de la « Missa Papae Marcelli » de Palestrina. Entre 1968 et 1970, Carlo Maria Giulini dirigera à plusieurs reprises le New Philharmonia Orchestra au Festival d’Edimbourg. Ce sera entre les deux hommes, le début d’une collaboration amicale qui durera 30 ans.

La réputation du Chœur de la Cathédrale est telle que ses garçons sont demandés par les autorités du Festival d’Edimbourg, tandis que les hommes sont souvent invités à renforcer d’autres chœurs. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, Arthur rencontre Alexander Gibson, le chef du Scottish National Orchestra. Ce chef d’orchestre est en outre compositeur et directeur du Scottish Opera qu’il a fondé en 1962. Il s’agit d’un homme fin et d’un musicien doué, avec lequel il n’est pas toujours facile de travailler.

< Précédent   Suivant >

Menu
Accueil
...................................
Actualités
...................................
Annonces
...................................
Chroniques
...................................
Grands chœurs
...................................
Liens
...................................
Fil RSS
Arthur Oldham
Préambule
...................................
"Vivre avec les voix"
...................................
Le chef de chœur
...................................
Le compositeur
...................................
Florilège vocal
Préambule
...................................
Actualités
...................................
Les lauréats
Espace associatif
Nom d'utilisateur

Mot de passe

Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Qui est en ligne ?
Il y a actuellement 9 invités en ligne
Copyright 2000 - 2004 Miro International Pty Ltd. All rights reserved.
Mambo is Free Software released under the GNU/GPL License.